Categories
Communiqué

Comment se préparer pour le 1er mai ?

Que ce soit le rassemblement de l’Alliance du 1er Mai Révolutionnaire, le collectif Abîme qui organise la Boum 2, l’horeca et la culture qui réouvriront plusieurs centaines de lieux, les antifas liégeois qui feront barricade à Nation, il n’y a pas de doute que ce premier mai sera révolutionnaire. Malheureusement, qui dit soulèvement populaire, dit répression policière. Voici nos conseils pour autogérer vos soins face à une police toujours plus armée et offensive.

• Contre le gaz au poivre ou lacrymogène : Le mois dernier, la police a utilisé des grenades CM6 de Aseltex.

Si il y a un point d’eau à proximité (par exemple le lac du bois de la cambre), il est possible de jeter les sources de gaz avec le pied ou avec des gants (attention ça peut être chaud). Sinon, mettre de l’eau dessus ou les recouvrir d’un cône fermé (ou autre objet fermé) permet de diminuer la diffusion du gaz irritant. Que ce soit contre les sprays ou les grenades, une fois sorti du nuage de gaz, lavez-vous le visage et les yeux avec de l’eau ou mieux, du serum physiologique (de l’eau salée), ou demandez à quelqu’un de le faire (un médic pourra si il y en a un à proximité).

• Contre les flashball : Que ça soit à Liège ou a Bruxelles, il y a des chances que la police utilise des LBD comme le FN303. Le modèle le plus souvent présent est reconnaissable grace à sa couleur orange flash. Il est important de savoir que le laser équipé est souvent utilisé pour faire peur mais il a bien sûr une portée bien plus importante que l’arme en elle même. Cependant, si quelqu’un·e est blessé·e par LBD, l’intervention d’un·e médic est souvent nécessaire.

• Maintenir le bloc : Lorsque vous êtes en groupe, vous pouvez vous défendre et vous protéger. Vous aurez toujours des personnes autour de vous pour vous aider en cas de blessure. Essayez de ne jamais être seul·e et si possible, choisissez-vous un binôme avec qui vous pouvez rester quoi qu’il arrive.

• Fous ta cagoule ! Les évènements récents ont montrés qu’une importante partie de la répression policière actuelle se fait après coup, avec les images caméras, que ce soient celles de surveillances fixes, celles embarquées sur leurs véhicules (attention aux auto-pompes) ou même celles des médias, en particulier ceux en live. Que ce soit avec un simple t-shirt noir enroulé autour du visage ou un cache-cou voir une cagoule, camoufler son visage permet de se protéger, mais aussi de protéger les autres. Bien sûr, un masque à gaz (alors accompagné de lunettes de ski) permet aussi de se protéger du gaz lacrymo.

Des médics seront bien sûr présent·e·s à Liège et à Bruxelles